lundi 24 août 2015

LOVECRAFT : Bugg-Shash, le Drowner, le Noir

Ci-dessus, une représentation de Bugg-Shash par Michel-le-fou (DeviantArt)

Bugg-Shash est décrit dans un livre de Brian Lumley dont le titre est "Le Chant de Bugg-Shash" ("The Kiss of Bugg-Shash") comme étant "un mur de pus gélatineux luisant et frissonnant dans lequel béaient de nombreuses bouches et juste autant d'yeux monstrueusement écarquillés ! […]Suçant et sifflant avec des lèvres épaisses et visqueuses, les bouches luisaient et bavaient et de ces orifices avides pleuvait les stridulations démentes d'un chant extraterrestre".


Cette créature n’a pas de Culte connu, mais il est tout de même recherché par des sorciers avides de vengeance ou de meurtre. Ceci dit, Bugg-Shash n’obéit pas vraiment à celui qui parvient à l’invoquer, bien au contraire il a même tendance à l’attaquer dans les zones obscures. Sauf si l’invocateur trace sur le sol un pentagramme enchanté spécialement à l’effet de retenir la créature, assez grand pour la pouvoir contenir (on peut comparer Bugg-Shash aux Prisonniers des Glaces, arrêtés eux aussi par l’intervention d’un pentagramme enchanté).

Bugg-Shash vit dans l’obscurité et est repoussé par la lumière, mais elle ne l’élimine pas. C’est grâce à un sort que l’on peut trouver dans le Cthaat Aquadingen et le Necronomicon qu’il peut être dissipé. Il peut animer des cadavres jusqu’à ce qu’il soit éliminé ou qu’il élimine lui-même les zombies créés. Ces zombies ont la particularité d’être couverts de bave gluante, ce qui les rend reconnaissables. Enfin, Bugg-Shash aurait un lien avec Yibb-Tstll, les deux seraient des "parasites des Anciens" selon le Cthaat Aquadingen mais selon d’autres sources il serait un des serviteurs de Yog-Sothoth.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire