mercredi 9 septembre 2015

Ed Gein, le Boucher de Plainfield

Photo d'Ed Gein
Ed Gein

Aujourd’hui, je voudrais vous parler d’un autre tueur, que je pense être aussi connu que notre Vampire de Sacramento, si ce n’est davantage. Je parle de celui qui fut surnommé le "Boucher de Plainfield" à savoir Ed Gein, Edward Théodore Gein de son nom entier. Il est l’un des plus grands tueurs en série du pays, et c’est de ce personnage que le cinéma d'horreur s'est le plus inspiré.
Pourtant, "seuls" deux meurtres lui furent attribués de façon certaine. Mais alors, pourquoi les réalisateurs de films d'épouvante se sont-ils tant intéressés à lui ? La réponse est que c’est sa façon d’être qui fascinait… et qui fascine toujours en fait. Mais commençons tout d'abord par remonter à l'enfance de Gein, une condition sine qua none afin de mieux comprendre ses actes criminels.

Il naquit le 27 août 1906 dans le Wisconsin, aux Etats-Unis. Grande fanatique religieuse, sa mère l'éleva, ainsi que son grand frère Henry, dans le respect de la religion catholique, leur faisant étudier la Bible à chaque jour qui passait. Elle voyait le péché partout, et s'acharnait donc à le faire comprendre à sa progéniture. L'éducation des frères Gein fut très stricte, leur mère insistait notamment sur le fait que les femmes étaient des récipients du péché, afin qu'ils ne développent aucun intérêt sexuel pour ces dernières. Ses croyances étaient les seules valables à ses yeux, et elle les imposait donc à ses fils, qui n'eurent pas d'autre choix que d'avoir les mêmes. Le père, alcoolique et sans personnalité, n'avait aucunement grâce aux yeux de sa femme, elle souhaitait chaque jour sa mort, et encourageait ses fils à penser la même chose. C'est en 1914 qu'elle prit la décision de quitter la ville pour s'installer dans une ferme à Plainfield, petit village reculé de quelques centaines d'habitants. Elle voulait tellement contrôler ses fils qu'elle les retira de l'école dès qu'ils eurent atteint l'âge de 13 ans, et les empêcha ensuite d'avoir quelconque lien avec le monde extérieur, hormis pour le travail. 

A la mort du père, d'une crise cardiaque le 1er avril 1940, Henry travaillait depuis plusieurs années déjà, mais ses revenus ne suffisaient pas à remplacer ceux que le père ne ramenait plus. Ed fut donc mis à contribution. Renfermé sur lui-même du fait de son éducation très stricte et isolée, il commença tout de même à enchaîner différents petits boulots, mais celui qu'il préférait le plus était de s'occuper des enfants de la ferme voisine. En effet, il avait bien plus de facilité à entrer en contact avec des enfants qu'avec des adultes. Le seul adulte avec qui il avait des affinités, c'était sa mère. Et même pire que de l'attachement de fils à mère, il la considérait comme au-dessus de tout, comme si elle était Dieu. Son grand frère Henry s'inquiéta du fait que la mort du père ne faisait qu'accentuer les rapports déjà si serrés entre sa mère et Ed. Mais Henry mourut le 16 mai 1944, dans des circonstances qui restent non élucidées. Il n'est pas interdit de penser que Ed ait pu en être responsable, car ils étaient tous deux seuls, aux prises avec un incendie, au moment de la mort de Henry. Ed était d'un naturel si timide et effacé qu'il ne fut pas inquiété par la police. Il continua donc son existence auprès de la seule personne qui comptait réellement pour lui, à savoir sa mère.

Mais elle décéda peu après Henry, le 29 décembre 1945, laissant Ed encore plus isolé qu'il ne l'était déjà. C'est à partir de ce moment que son comportement se mit à changer. Il commença par s'installer dans la cuisine au rez-de-chaussée, et passait ses nuits dans la petite chambre attenante, laissant toutes les autres pièces en l'état, comme des reliques de sa défunte mère qu'il se devait de préserver. Il les barricada à l'aide de planches de bois afin de ne pas pouvoir y pénétrer lui-même. Puis il commença à s'intéresser à ce monde extérieur dont il connaissait si peu de choses, et se mit donc à lire des livres et journaux traitant des camps de concentration nazis, pour se tenir au fait des actualités récentes, et plus spécifiquement de sujets sur les expérimentations qui s’y passaient, ce qui le fascina. Egalement, il développa rapidement une forme de psychose au sujet des femmes, une véritable obsession même, sa mère l'ayant toujours empêché de le laisser exploiter le moindre fantasme à ce sujet. Il se procura donc des livres traitant de l’anatomie humaine, ainsi que des magazines pornographiques. Son obsession pour la gent féminine devint telle que peu à peu, il entreprit de s’habiller comme une femme, accentuant la féminité dont il était déjà emprunt, et qui lui avait valu bien des moqueries à l'école.

Ses premiers méfaits furent d'exhumer des corps féminins enterrés au cimetière de Plainfield, et d'en récupérer la peau qu’il en restait, afin de se confectionner des vêtements. Il récupérait également des organes qu’il conservait dans son propre réfrigérateur, dans le but de s’en nourrir. Le Vampire de Sacramento fera la même chose une vingtaine d'années plus tard... Mais pour en revenir à Ed Gein, pourquoi récupérait-il la peau de ces femmes ? Souvenez-vous de cette obsession pour les femmes qu'il développa très rapidement dès lors que sa mère quitta le monde des vivants. Gein était si perturbé par les interdits que lui imposait sa mère, que s'habiller comme une femme ne lui suffisait plus, il désirait désormais devenir une femme à part entière. Des bruits commençaient à courir à Plainfield au sujet de la présence de têtes réduites chez lui, ce dont il ne se cachait nullement. On aimait à penser qu'il racontait ces anecdotes par vantardise, en réalité personne ne le croyait vraiment. 

Mais la police découvrit que des disparitions inexpliquées se multipliaient dans le même temps. En effet, en mai 1947, une petite fille de 8 ans disparut sur le chemin entre sa maison et son école. En novembre 1952, deux hommes partis à la chasse n'en revinrent jamais. En octobre 1953, une baby-sitter de 15 ans disparut alors qu'elle était sensée garder les enfants de ses employeurs, laissant néanmoins des traces de sang dans la maison, mais son corps ne fut jamais retrouvé. En décembre 1954, c'est une tavernière qui disparut mystérieusement, laissant également des traces de sang sur les lieux. Ed Gein, qui fréquentait la taverne en question, commenta les faits avec un de ses voisins, disant "Elle n'a pas disparu, elle est à la ferme." Le voisin réagit alors de la même façon que tous ceux qui avaient eu vent de la présence de têtes réduites chez Gein : il ne le crut pas.

Photo de l'arrestation d'Ed Gein
L'arrestation de Gein

Les soupçons se dirigèrent enfin vers lui quand, en novembre 1957, la propriétaire d'un magasin de Plainfield de 58 ans disparut à son tour, laissant derrière elle des traces de sang et une cartouche vide, la caisse enregistreuse s'était quant à elle volatilisée. Ed Gein avait été vu le jour de sa disparition rôdant près du magasin. La fille de la disparue témoigna par ailleurs qu'elle l'avait surpris ce même jour faisant des avances à sa mère, en vain. De plus, la police retrouva dans le magasin un ticket au nom de Gein. Quand il fut interrogé sur ce qu'il avait fait dans la journée, il prononça lui-même le nom de la propriétaire du magasin, alors même que les policiers ne lui avaient pas annoncé la disparition de cette dernière. Ed Gein fut dont arrêté, et sa ferme fouillée. Il y fut découvert des vêtements en peau humaine, ainsi que des organes et différents membres de corps humains, tant voués à être mangés qu'à être utilisés en vue de ses créations. On retrouva le corps de la propriétaire du magasin, pendu à l'envers dans la cuisine, décapité, éventré, et vidé. Et son cœur fut découvert dans un sac près du poêle juste à côté. Mais ce ne fut pas tout... Je vous ai trouvé une liste non-exhaustive du "matériel" découvert chez lui, que voici :

* 4 nez humains entreposés dans une boîte,
* 1 bol de potage fait à partir de la moitié inversée d'un crâne humain,
* 9 "masques de mort" conçus à partir de la peau bien conservé de visages de femmes
* 10 têtes de femmes dont le haut du crâne avait été découpé juste au-dessus des sourcils et accrochés au mur,
* Des bracelets faits de peau humaine,
* 1 bourse faite avec une poignée de peau humaine,
* 1 gaine pour un couteau faite de peau humaine,
* 1 paire de guêtres faite à partir de peau humaine,
* 4 chaises dont les assises étaient conçues à base de bandes de peau humaine,
* 1 boîte à chaussures contenant neuf vagins salés peints d'une couleur argentée,
* 1 tête humaine accrochée au plafond,
* 1 abat-jour couvert de peau humaine,
* 1 chemise faite en peau humaine,
* Un certain nombre de “têtes réduites”,
* 1 "costume" de femme en peau humaine, comprenant bras, jambes, poitrine et visage,
* Des dizaines d'organes humains stockés dans le réfrigérateur...

L'odeur devait être agréable, n'est-ce pas... Au total, dans tous ces "morceaux", ce fut une bonne quinzaine de corps différents qui se trouvaient dans la ferme de Ed Gein. Il avoua à la police qu'il les avait déterrés du cimetière, qu'il récupérait des corps frais en apprenant les décès dans le journal local, et qu'il se rendait dans le cimetière la nuit suivant l'enterrement. Par ailleurs, certains de ses proches témoignèrent qu'il leur avait déjà apporté à plusieurs reprises de la viande fraîche. Rien de bien inquiétant jusque-là, sauf que Gein n’avait jamais chassé de sa vie. De quoi se poser la question quant à l'origine de ladite viande... Toujours est-il qu'à ce moment, Gein ne reconnut que le meurtre de la propriétaire du magasin. Pourtant, la tête de la tavernière disparue fut retrouvée chez lui. Il dut donc avouer également cela, mais il ajouta qu'il était dans un état second au moment du meurtre, et qu'il l'avait tuée accidentellement. Son attitude dénotait avec ce qu'il racontait, il se trouvait tantôt dépourvu de toute émotion, tantôt souriant, comme s'il n'avait pas conscience que ses crimes étaient graves. Il fut inculpé pour les deux meurtres, son avocat plaida la démence, et il fut envoyé dans un hôpital qui accueillait les criminels reconnus comme fous. Une schizophrénie y fut mise à jour, on évoqua même la psychose quant à son rapport avec les femmes. Pendant ce temps, la police recherchait les corps des autres disparus, et on déterra un squelette dans la propriété de Gein. Cependant, il s'avéra qu'il avait été volé dans une tombe. Il fut finalement impossible de retrouver les corps des autres disparus. Mais Gein étant déclaré mentalement incompétent, il ne put pas être jugé, pas même pour les deux meurtres dont il était reconnu coupable.

Cannibalisme ? Nécrophilie ? Fétichisme ? Ed Gein était devenu le sujet le plus intéressant pour les psychologues de l'époque. Par la suite, le cinéma d'horreur s'est grandement inspiré de son cas, mais uniquement sur son penchant cannibale. Vous êtes-vous déjà demandé de quoi se sont inspirés les scénaristes de ces chefs-d'oeuvre que sont "Psychose", "Massacre à la Tronçonneuse" et "Le Silence des Agneaux" ? La réponse est : Ed Gein. C'est une insuffisance respiratoire qui emporta notre "ami" en 1984, il avait 78 ans, et il est enterré… au cimetière de Plainfield qu’il connaissait si bien. Si cette histoire vous a intéressé, sachez qu’une BD est parue chez Soleil Productions en avril 2009 sous le titre "Ed Gein", il s'agit d'une bande dessinée qui retrace sa biographie (Dobbs et Nespolino).

Retrouvez la liste complète des articles de l'Antre, triée par monde puis par ordre chronologique, en cliquant ICI.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire