samedi 5 septembre 2015

La combustion spontanée

Photo extraite du film Combustion Spontanée
Photo extraite du film Combustion Spontanée

La combustion spontanée est un phénomène étrange qu'aucun scientifique n'a pu expliquer jusqu'à aujourd'hui. Pour en faire une définition simple, nous pouvons dire qu'il s'agit d'un corps qui se met à brûler sans raison extérieure apparente. Cet événement arrive une cinquantaine de fois par an, mais les cas qui ont été recensés n'ont jamais pu être élucidés.
Certains scientifiques évoquent l'existence d'une substance chimique qui se formerait dans l'estomac de la victime et qui aurait pour conséquence un embrasement général du corps. Dans les cas observés, on a pu constater que les éléments qui entouraient le corps des victimes au moment de leur combustion n'ont pas été brûlés, seuls les corps sont calcinés. Le plus souvent il en reste des parties entières du corps, d'autres fois seulement les os, et plus rarement il n'en reste qu'un tas de cendres. Le fait que la combustion n'est que rarement entière s'explique par la température nécessaire pour atteindre l'état de cendres, qui doit rester constante un certain temps à 1650°C pour consumer entièrement un corps. Or, la plupart du temps, la combustion ne dure pas suffisamment longtemps, ou alors la température n'est tout simplement pas assez élevée.

"L'inspecteur de police à la retraite John Heymer est l'un des enquêteurs le plus sérieux sur les phénomènes de combustion vive. Il est arrivé a la conclusion que la chaleur intense provoquant la combustion spontanée provient d'une flamme alimentée par du gaz et surgissant de l'intérieur du corps. C'est, selon lui, l'unique explication plausible qui rende compte des températures élevées atteintes dans certaines zones du corps. Certains des indices qui l'ont amené à cette conclusion lui ont été apportés par une affaire survenue le 19 septembre 1967. Ce jour la, un pompier atteignit le lieu de l'accident a temps pour voir une flamme bleue qui sortait encore d'une blessure dans l'abdomen de la victime. On peut supposer que l'homme était bien vivant lorsqu'il a commencé a brûler car il avait mordu fortement le montant de bois de la cage d'escalier ou il était tombé. Bien que cette théorie soit plausible, on ignore encore quelles sont les causes de ce phénomène."

Je continuerai cet article en évoquant quelques cas de combustion spontanée reconnus, à commencer par le premier qui fut recensé officiellement.

* Le premier cas recensé de combustion spontané est vieux de quelques siècles déjà. La victime était la comtesse Cornelia di Bandi de Cesena. Les faits remontent à 1731, elle avait alors 62 ans, et ses cendres furent découvertes dans sa chambre par ses domestiques le lendemain matin de sa combustion. Seules ses jambes et une partie de son crâne restèrent entiers, donnant lieu à nombre de questions restées sans réponses. 

* En second lieu, je vais vous parler de l'étonnant cas de Jack Angel qui, en 1974, s'endormit et se réveilla 4 jours plus tard, la main droite calcinée. Son corps comptait également des traces de départ de combustion spontanée, comme sa poitrine, ses jambes et son dos. Aucune douleur cependant. Les médecins qui observèrent son cas arrivèrent à la conclusion qu'il avait partiellement brûlé de l'intérieur. Incroyable...

* A présent, passons au cas d'une femme répondant au nom de Mlle Thaus, et qui a été découverte à Caen le 3 juin 1782. La combustion fut sévère, puisque seul son pied droit est resté intact suite à l'embrasement. Étonnamment, la chaise sur laquelle elle était assise à ce moment-là ne comportait quant à elle strictement aucune trace. Le chirurgien qui travailla sur cette affaire écrivit ceci : "Le sommet de la tête gisait sur un des chenets, à 45cm du feu. Le reste du corps gisait de travers, en face de la cheminée, et n'était plus qu'une masse de cendres. Même les os les plus solides avaient perdu leur forme et leur consistance. On retrouva le pied droit entier, mais roussi. Bien que ce fut une journée froide, il n'y avait dans le foyer que 2 ou 3 morceaux de bois brûlés."


Photo post-combustion de Ginette Kazmierczak
Ginette Kazmierczak (il se pourrait que cette photo soit une reconstitution pour les besoins d'une émission télé sur le sujet)

* Mais le cas le plus connu de combustion spontanée reste la victime d'Uruffe. C'est dans ce bourg proche de Toul, en Lorraine, que fut découverte Ginette Kazmierczak, le 12 mai 1977. C'est sa voisine de pallier qui fut alertée par de la fumée dans sa chambre pendant la nuit. Les jambes et le bras droit de la victime sont restés intacts tandis que la tête, le tronc et l'abdomen ont littéralement disparus pour faire place à la cendre. Une enquête fut ouverte par le Parquet de Nancy mais, le 18 janvier 1978, ils durent se rendre compte qu'il s'agissait bien là d'un cas de combustion spontanée, et un non-lieu fut déclaré. En effet, outre le fait que Mme Kazmierczak s'était enfermée de l'intérieur, aucun élément de mobilier n'avait brûlé, seul son corps l'avait été. Il est établi qu'un meurtre par le feu ne peut pas avoir de telles conséquences.

Photo post-combustion de Rahul
Rahul

* Parlons enfin d'un cas très récent de combustion spontanée, puisque cette histoire est arrivée en 2013. Il s'agit d'un bébé de 3 mois, un petit Indien du nom de Rahul. Il se serait déjà enflammé spontanément 4 fois depuis sa naissance, sans que les médecins puissent en expliquer véritablement l'origine. En effet, ils ne parviennent à évoquer qu'une défaillance d'ordre organique. Ils expliquèrent les choses ainsi : "Il a été scientifiquement prouvé que la transformation des nutriments des aliments en énergie utilisable par le corps pouvait engendrer ce genre de cas." La première combustion spontanée du petit Rahul remonte à son neuvième jour de vie, où sa maman Rama Rajeswari le découvrit s'enflammant dans son lit. Affaire à suivre...

Photos de Mary Reeser et de ses restes après combustion
Mary Reeser

Plusieurs autres cas furent décelés: celui de Mary Reeser à St Petersburg (Floride) à voir juste au-dessus, celui de Jack Stacey à Londres (Angleterre) ou encore celui de Patrick Rooney, asphyxié par la fumée qui se dégagea du corps de sa femme...

Retrouvez la liste complète des articles de l'Antre, triée par monde puis par ordre chronologique, en cliquant ICI.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire